Les activités du secteur

Soutien aux divorcés et séparés

Vous avez eu la douleur de subir un échec matrimonial et vous avez besoin d'en parler avec une personne formée à la position de l'église

Que penser du divorce d’un point de vue chrétien ?

Au simple plan humain, la séparation d’un couple constitué, surtout lorsqu’il y a des enfants, est un échec et presque toujours une souffrance qui méritent attention, respect et soutien.

La séparation n’est pas un acte que l’on pourrait juger à priori (« c’est mal »), mais une difficulté à laquelle dans le couple l’homme et la femme sont confrontés, chacun par rapport à sa vocation de personne libre et responsable.

L’alliance formée par l’homme et la femme dans un couple est considérée par les croyants comme un don de Dieu et une promesse de bonheur : chacun est invité à faire tout son possible pour honorer ce don et cette promesse. Pourtant, la séparation peut s’avérer un moindre mal, par rapport à des menaces ou des souffrances démesurées si la vie en couple continuait. C’est en prenant conseil, et en l’absence d’autres solutions, que se prend la décision de séparation.

L’Église et le divorce

L’Église ne reconnaît pas le divorce, mais quand le divorce est un moindre mal, elle ne s’y oppose pas. Elle considère qu’un couple marié religieusement peut parfois se séparer et même divorcer. Vivre séparé après une vie de couple marié chrétiennement n’est pas un motif d’exclusion des sacrements. Un divorcé qui n’est pas remarié et qui ne vit pas en concubinage peut donc communier et recevoir les autres sacrements.

Par contre l’engagement que chacun avait pris vis-à-vis de l’autre dans son mariage religieux subsiste même dans cette situation de séparation. Donc l’Église ne remariera pas l’un ou l’autre des membres du couple vivant séparés.

Vous avez d’autres questions ? vous avez besoin de soutien ?

Laissez nous votre contact et une personne de la pastorale des “divorcés et remariés” prendra contact avec vous.

Retour haut de page